Pouet
Nouvelles de la Haute-Yamaska
PUBLIER - DIFFUSER - PROPAGER LA NOUVELLE
[ Ndq - Haute-Yamaska]
 
  • Pages Web  
  • Créez votre compte et Publiez
  • Connexion : Salle de rédaction
  • Se lancer en affaires en région, un défi de taille relevé par Éric Ménard et Marianne Cliche

    Copropriétaires de Pyro Spray, une entreprise spécialisée dans la projection thermique, Éric Ménard et Marianne Cliche ont quitté Montréal où ils étaient établis depuis plusieurs années pour revenir en région afin de se lancer en affaires. Notre journaliste s’est entretenu avec eux sur les défis et les enjeux auxquels ils  font face à titre de gestionnaires de PME. 

    Nouvelles : Qu’est-ce que la projection thermique?
    Éric
    : Le principe de la protection, c’est de mettre une particule en demi-fusion telle une balle de neige mouillée qu’on lance sur un mur de brique et qu’on crée une couche, mais qui atteint de duretés vraiment supérieures. D’après les tests d’usure effectués par le Conseil national de recherche Canada, elle permet d’obtenir le revêtement qui possède les meilleures propriétés pour faire résistance à l’usure. D’ailleurs, c’est meilleur que le soudage et le PTA (plasma d’arc transféré) car elle ne déforme pas  toutes les pièces comme le PTA pourrait le faire. Le but premier de la projection thermique, c’est d’augmenter la durée de vie des pièces.

    Nouvelles : D’où est venue votre idée de fonder une entreprise en projection thermique?
    Éric :
    J’ai travaillé pendant 13 ans en projection thermique avec des gens qui possédaient une bonne expérience dans le domaine. De là est venue l’idée de fonder une entreprise en projection thermique. Ça fait maintenant sept mois qu’on est en opération.

    Nouvelles : Qu'est-ce qui vous a motivé à vous lancer en affaires?
    Marianne :
    J’avais un goût d’indépendance. Être à son compte, d’être;à son affaire, pour moi, c’est synonyme de liberté, C’est un projet qui t’appartient, qui t’est propre. C’est tellement valorisant et grisant. C’est incommensurable comme plaisir.
    Éric : Moi, j’étais rendu à un stade de ma vie où j’étais LE super employé de certaines compagnies dans lesquelles la production dépendait de mon accord ou de l’acceptation des pièces. J’étais rendu, à rechercher un nouveau défi dans ma vie. Ma question, je l’ai viré de bord pendant un an et demi ou deux ans et un moment donné, je me suis dit que j’étais peut-être rendu au point de partir ma compagnie et de décider des pièces que j’ai vraiment envie de faire.

    Nouvelles : Quelles ont été les étapes pour fonder votre entreprise?
    Marianne :
    Au départ, ça a été de prendre la décision de se lancer. Après , on a monté le plan d’affaires. Dans notre cas, nous avons déménagé et j’ai laissé ma carrière parce que je travaillais dans un autre domaine. C’était beaucoup de changements en peu de temps, mais ça m’emballait complètement parce que j’avais toujours devenir entrepreneure. Comme on dit, les planètes étaient alignées et on a décidé de se lancer. Après, on a établi le plan financier et on a rencontré les intervenants et les banques. On s’est aperçu qu’il y avait des hiérarchies, qu’un attendait de savoir si l’autre embarquait. Il a fallu qu’on travaille fort, mais on a été bien entouré.par de très bons parrains ce qui nous a donné un coup de main dans le domaine financier parce qu’être associé à ces personnes-là nous donnait un peu de crédibilité en quelque sorte.

    Nouvelles : La projection thermique est un domaine peu connu au Québec, quelles ont été les réactions des instituts financiers lorsque vous êtes venu à l’étape de chercher du financement?
    Marianne
    : Au départ, on avait déjà une mise de fonds qui était intéressante, mais puisque c’est un peu domaine qui n’est pas très connu, il a fallu l’expliquer aux financiers qui ont fait leurs recherches par la suite de leur côté. Ça n’a pas été facile, mais on a réussi quand même.

    Éric: L’idée, c’est de vendre ton projet et de le rendre intéressant C’est quand même novateur pour la région
    Marianne : Par contre, on a eu un bel accueil des intervenants. Les gens disaient que ça amenait une autre sphère de spécification dans le domaine industriel pour la région ils étaient enthousiasmés, emballés par notre projet. Ça m’a agréablement surpris, encouragé. Je ne m’attendais pas à ça.

    Nouvelles : Quels sont les défis auxquels vous faites face?
    Éric :
    Pour nous, c’est tellement pointu comme domaine, qu’il faut l’expliquer aux gens. Il faut le vulgariser de manière à ce que les gens puissent se dire après  coup qu’ils ont des problèmes d’usure et que ça serait bon pour leurs pièces. Le défi, c’est de trouver de nouveaux clients, car il y a beaucoup de personnes qui ne connaissent pas ça et comme c’est un procédé dispendieux, il faut que la personne soit réellement à l’aise d’essayer le procédé.Présentement, un problème qu’on a, c’est que la majorité de nos consommables viennent d’Allemagne. Donc, on doit tenir un inventaire qui est suffisant pour que quand on reçoit des pièces d’urgence, on soit capable de les faire tout en tenant compte du délai de livraison. Quand j’en ai de besoin urgent, c’est deux semaines minimum de livraison et normalement, c’est 4 à 6 semaines. Donc, je dois prévoir en conséquence.

    Nouvelles : Quelles sont les erreurs à éviter?
    Éric :
    Prendre une pièce que je sais que c’est impossible à faire. J’ai assez d’expérience pour voir juste en regardant la pièce si je peux la faire ou non. Donc, on ne s’embarque pas dans des contrats impossibles.
    Marianne : Si tu acceptes des contrats que tu ne peux pas faire, ça te donne mauvaise réputation et ça ne prends pas de temps.
    Une autre erreur serait de trop commander. C’est toute une gymnastique mathématique qu’on doit faire parce que trop ou pas assez commander peut nous poser problème. Comme nous sommes en démarrage, chaque achat, chaque dollar a son importance sur tout le reste. Il s’agit de bien gérer nos achats en tenant compte des paiements de nos clients. Une autre chose à éviter serait de se lancer à gauche et à droite. C’est déjà arrivé que certains clients nous aient approchés pour des projets et on n’avait pas l’équipement nécessaire. Alors, tu commences à te dire que ça serait plaisant d’acheter telle ou telle machine.
    Éric : Au départ, tu as envie de tout faire, parce que tu veux des contrats absolument et c’est vraiment dangereux parce que tu peux finir par acheter des machines sur lesquelles tu n’as pas nécessairement tout de suite un retour d’investissement.

    Nouvelles : Quels sont les dangers qui vous guettent?
    Marianne :
    Ça serait d’acheter des choses qui sont plus ou moins utiles au lieu d’optimiser et d’utiliser ce qu’on a sur le plancher. Dans le fond, on doit focaliser sur ce qu’on a et ce qu’on peut faire et d’aller chercher les clients en conséquence.

    Nouvelles : Les forces d’une bonne PME sont sa flexibilité et sa capacité d’innovation. Comment cela s’applique-t-il à votre domaine?
    Éric :
    On accepte des pièces qui sont toujours de  plus en plus compliquées parce qu’on a besoin de nouveau défi. Je dirais que le fait de métalliser avec un robot et de bien connaître la projection thermique nous permet d’accepter des pièces que d’autres personnes seraient incapables de faire. On est capable de tricher avec certains mouvements afin d’aller chercher des géométries spéciales  qui font en sorte qu’on se démarque des autres.
    Marianne : On est équipé comme une grosse compagnie, mais on est en mesure de sortir des pièces rapidement. Souvent, les grosses compagnies ont un département de suivi de qualité et ça alourdit le processus. Nous,  sommes capables de se retourner rapidement et de faire quelque chose de rapide et c’est apprécié de nos clients.

    Nouvelles : Quelle a été votre plus belle réussite?
    Éric :
    Notre plus belle réussite, je crois que c’est notre dernier mois. On a réussi à faire un peu d’argent et c’était super. On est juste deux et on a réussi à produire quelque chose de vraiment intéressant. Notre plus belle réussite, c’est aussi d’avoir réussi de faire des pièces que même à Montréal, je n’étais pas équipé pour le faire.

    Quels sont les enjeux de la projection thermique?
    Éric :
    L’expliquer aux petites entreprises et usines Vu que c’est très spécialisé comme domaine et que c’est un procédé assez dispendieux. C’est souvent les grosses compagnies qui vont se munir d’un système de projection thermique, ce qui laisse en plan toutes les petites compagnies qui ont besoin de résistance à l’usure. Pour l’instant, c’est souvent juste dans les grosses compagnies où on peut réellement faire baisser les coûts de la projection thermique parce que la pièce est faite pour recevoir le carbure. Donc, pour les plus petites usines, il faut tout expliquer, la qualité du revêtement qu’on est capable de faire que c’est plus facile et moins de machinage. D’autant plus qu’on arrive souvent tout près de la tolérance. Donc, il y a des avantages, mais il faut former les clients en quelque sorte.
    Marianne : Le défi, c’est de les former sans trop expliquer puisque chaque paramètre, chaque poudre, le système, tout ça comptent. C’est des recettes particulières si on veut, et c’est elles qui nous permettent de nous démarquer de nos concurrents. Mais l’objectif serait, d’ici cinq ans, que les gens connaissent plus ça et nous connaissent plus.
    Éric : Aux États-Unis, il  a beaucoup de compagnies qui font de la projection thermique, mais il y en a peu au Québec. C’est méconnu ici parce que les gens qui l’ont essayé l’ont fait souvent au début des années 80 et ont eu de mauvaises expériences parce que c’était peu avancé.

    Nouvelles : Est-ce que la projection thermique est un créneau réservé uniquement aux pièces industrielles?
    Marianne :
    Elle s’applique aussi dans les domaines du biomédical et de l’électronique…
    Éric : L’aéronautique, l’automobile. Elle touche plusieurs domaines, mais on essaie d’aller chercher les niches où que ce soit des pièces compliquées.

    Nouvelles : Pourquoi avoir choisi Granby?
    Marianne
    : Tout d’abord, Éric est natif de Granby et ses parents sont encore ici. Considérant qu’on a une jeune famille ses parents peuvent nous dépanner en gardant nos trois enfants. 0n avait donc un coup de main pour la conciliation travail-famille, d'autant plus qu’on est deux dans la même entreprise, avec les mêmes contraintes.
    Nous avons choisi Granby pour sa qualité de vie. On s’est dit que tant à partir  un projet, on va choisir une place où on est bien et qu’on va retrouver une qualité de vie. Puisque tous les deux, sommes natifs de banlieue, on voulait revenir dans une zone plus nature, plus tranquille. C’est une aussi belle position géographique, c’est assez près de Montréal et des États-Unis.
    Éric : Notre clientèle vient surtout de Montréal. Comme on n’est pas trop loin de Montréal, ce n’est pas trop cher en transport. L’emplacement où nous sommes nous permet de garder nos clients. 

    Nouvelles : Prévoyez-vous embaucher du personnel éventuellement? Si ou combien d’employés?
    Marianne :
    On est actuellement en processus d’embauche, mais la projection thermique n’est pas un domaine qui nécessite beaucoup de personnel pour fonctionner.
    Éric : On va débuter avec le gestionnaire de plancher. On a fait une offre à quelqu’un et on va le rencontrer très bientôt. Par la suite, ça va être probablement deux autres techniciens.

    Nouvelles : Je vous remercie de votre collaboration et vous souhaite d’avoir du succès dans vos  démarches.
    Éric et Marianne :
    Merci à vous.

          

    Cet article constitue la partie 2 d'une série de 2 :
    1. Gérer une pharmacie, un travail de longue haleine
    2. Se lancer en affaires en région, un défi de taille relevé par Éric Ménard et Marianne Cliche
         Carte de visite

    Jonathan Archambault

    Éditeur du journal

    QC - Haute-Yamaska (Granby et région)

    Granby

     
     

    Personne-ressource pour la ville de Granby et la Haute-Yamaska, je suis à votre service. N'hésitez pas à me contacter pour de l'aide et pour me faire part des sujets dont vous voulez que nous parlions dans le journal.


    450.558.5895

    450.994.2739

    Par les gens du quartier, pour les gens du quartier

    NouvellesDuQuartier.com est écrit par les résidents et les acteurs sociaux et économiques du quartier. Ils y racontent leurs coups de cœur, leurs préoccupations, leurs états d'âme tout en nous présentant leurs activités.

    Du journalisme « professionnel-citoyen »
    Nous privilégions le service à la communauté et le droit de parole du citoyen, tout en penchant vers une forme de journalisme « professionnel-citoyen » - nouveau concept que nous venons d'inventer!

    De la publicité efficace
    Notre journal permet à toute personne qui écrit ici de mettre en valeur l'organisme qu'éventuellement il ou elle représente, ceci en offrant sous chaque article une Carte de visite professionnelle : forme de publicité très performante qui vous assure aussi une présense sur le Web.

    Des éditeurs à votre service
    Je me nomme Jonathan Archambault et je suis à votre service.

    Page Web de Jonathan Archambault

    Copiez l'adresse en utilisant votre souris, cliquez et recopiez dans Google map.

    Commentaires éventuels - fil Rss :




    Votre commentaire *:

    Votre nom *: 
    Courriel (privé):
    Veuillez recopier ces caractères *:  img0img1img2img3img4img5

    © 
  •  Jonathan Archambault  FCW media
  • Soyez visibles   
    Devenez partenaire de votre journal, publiez!
    Info, cliquez -›  
    Message à nos partenaires

    Articles populaires

    Aucun article populaire n'a été trouvé.
    Aucun journaliste populaire n'a été trouvé.
    Lettre d'information  
    Des concours seront bientôt organisés dans notre journal, c'est à surveiller!

    Abonnez-vous à la Lettre d'information de l'éditeur/éditrice de votre quartier (ou de La rédaction, s'il n'y en a pas encore)

    Passez par là : Pages Web de nos Auteurs / Journalistes

    La rédaction
    Inscription
    Moi journaliste?  
    Pourquoi pas (cliquez)

    Vous publiez vous-même grâce à une interface facile, et vous disposez de nombreuses ressources.

    Vous préparez votre Article et prenez vos photos

    Vous collez votre texte et le fignolez

    Vous insérez vos photos et les placez

    Vous cliquez sur le nom de votre quartier

    Et voilà! Après deux ou trois articles vous serez un(e) expert(e).

    Ensuite vous connaîtrez le bonheur incommensurable d'être lu(e)!

    Créez votre compte ici

    c'est facile
  • (Nos Partenaires de la Région)
  • Publiez votre Carnet communautaire
  • La Guignolée de SOS Dépannage Moisson Granby

    La Guignolée de SOS Dépannage  Moisson Granby se déroulera le dimanche 2 décembre à partir de midi. Pour l’occasion, des dizaines d’équipes sillonneront les rues de Granby, de St-Alphonse-de Granby, de St-Paul-d’Abbotsford, de Sainte-Cécile-de-Milton et de Roxton Pond pour cueillir les denrées alimentaires. 

    —›

    Frédérique St-Amant sera aux Galeries de Granby le 1er décembre

    La jeune auteure Frédérique St-Amant de Béthanie sera de passage demain à la librairie des Galeries de Granby de 11 h à 15 h pour une séance de signature. Lors de cette occasion, les visiteurs découvriront une auteure inspirante et déterminée qui a notamment participé au dernier Salon du livre de Montréal qui s’est déroulé du 16 au 18 novembre. —›

    Journée Reconnaissance des femmes

    La Fondation La Différence sera aujourd'hui au magasin Sears de Granby puisque l'entreprise canadienne tiendra sa journée Reconnaissance des femmes.

    —›

    Granby a maintenant un parc Gaétan Deschênes

    En mémoire de l'ex-conseiller municipal décédé en juin 2010. —›

    Gala du Groupe Actions Solutions Pauvreté

    Émilienne Duhamel et Gisèle Leclerc ont reçu le prix GASP. et le collectif du vestiaire Notre-Dame ont reçu la mention spéciale.

    —›

    "Des lumières dans la nuit" d'aZimut

    Une réalisation de Richard Bouffard.

    —›

    La campagne de financement va bien, il faut poursuivre

    —›

    Nous sommes fiers de L’équipe féminine de Yves Phaneuf

    L’équipe féminine de Yves Phaneuf a remporté la finale de la catégorie U16-féminin à la Coupe des champions provinciaux Saputo AA.

    Cette importante victoire a permis à la formation granbyenne de mettre la main sur le trophée tant convoité.

    —›

    Où que vous soyez, vous aurez votre journal de quartier!

    Un journal de quartier, c'est l'occasion de ressérer les liens dans la communauté, de découvrir qui sont ses voisins, de mieux connaitre les ressources disponibles, de développer des amitiés, de faire fructifier ses affaires...

    —›

    Ici la navigation est simple

    En cliquant sur NouvellesDuQuartier.com tout en haut, vous revenez à l'endroit ou vous choisissez d'abord votre région.

    En cliquant sur votre région, vous avez accès à votre quartier. Cliquez dessus, et voilà! Vous pourriez le mettre dans vos favoris.

    À partir de là, ensuite, pour rédiger des nouvelles, vous créez un compte, en haut à droite.

    —›
    Untitled Document
    (X) | Créez votre compte (pour publier vos Nouvelles du quartier, Communiqués de presse, Carnet communautaire, etc.) - Cliquez sur : PUBLIEZ VOS NOUVELLES
    Inscription
    (X) | Veuillez garder votre curseur dans cet espace OU | Formulaire seul -› (cliquez)
    Chers lecteurs, participez aux Tirages-cadeaux, etc. :  Gens d'affaires, professionnels, élus, etc. :
    Jonathan Archambault FCW media
         Veuillez entrer vos renseignements personnels
        * Courriel:
        * Salutations:

        * Prénom:
        * Nom:
         Tél:
       
         Vous représentez une organisation?
         Votre titre:
         Organisation:  
         (Si votre organisation a un but commercial, cochez)
         Site Web:
         Ndq_Editeur:
         Ndq_Id:
         Ndq_Role:
         Ndq_Url:
         Ndq_Ucompagnie:
     
     
     


    Cliquez pour voir notre offre de Partenariat

     Veuillez cocher pour en discuter avec un responsable du journal et soumettre le formulaire de gauche.

    Une fois votre présence établie dans le journal, nous présenterons vos offres dans les pages du journal et les enverrons à nos lecteurs.

    Valable pour toutes les offres dans la région   Contact : 418.800.7375 - Info : info@fcwmedia.com  
    Vous recevrez les offres de nos partenaires "Coupons-rabais" et participerez aux Tirages Cadeaux (vous pourrez vous désincrire en tout temps).
    Untitled Document

    (X) | C'est ici que nous annoncerons nos bonnes nouvelles, spéciaux, etc. :  (Liens à venir)

    Pour l'instant, vous seriez aimable de participer à notre Sondage lectorat - cliquez.
    (Nous voulons savoir (en toute anonymité) quel est le profil de nos lecteurs)

    Nos Partenaires "Régionaux"
    • Cliquez sur le logo pour visiter : www.VotreSiteWeb.com  Votre slogan ici


    Nos Partenaires "Provinciaux"
    • Cliquez sur le logo pour visiter : www.VotreSiteWeb.com  Votre slogan ici
    • www.NouvellesDuQuartier.com Votre journal citoyen


    Untitled Document

    www.FCWmedia.com NouvellesDuQuartier.com - [Accueil]

    Communautés d'intérêt

    (Nos journaux sont en développement - ceux marqués d'une astérisque ont déjà publié. Nous pouvons ouvrir des journaux partout.)


    Renseignements

    Voir notre plan de visibilité :

    Nous créons des plates-formes media sectorielles clé en main et hébergées - sous contrat de partenariat.

    Nous contacter : info@fcwmedia.com

    Journaux citoyens mis à votre disposition pour que vous publiiez vous-même des nouvelles d'intérêt pour votre communauté (géographique ou d'intérêt).

    Vous pouvez publier :

    • Des nouvelles
    • Des articles d'opinion
    • Des carricatures
    • Des annonces communautaires
    • Des invitations culturelles
    • etc.

    En ouvrant un compte, vous disposez :

    • De votre propre page Web
    • De tous les outils dont vous avez besoin pour préparer et diffuser vos publications